Les banques et établissements financiers du Burkina Faso ont participé à l’édition 2021 du CNC-AIF/BF les 18 et 19 novembre 2021, à Ouagadougou. Ils avaient à leurs côtés les autres membres statutaires du CNC-AIF/BF entre autres, des institutions étatiques, la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), des partenaires techniques et financiers, des Organisations Non Gouvernementales, les fonds nationaux de financement, les banques, les établissements financiers, les systèmes financiers décentralisés, les sociétés d’assurance.

La présente édition placée sous la présidence du Ministre de l’Economie, des Finances et du Développement se tient sous le thème « Inclusion financière et situation sécuritaire au Burkina Faso : Quelles innovations pour un meilleur accès des populations aux produits et services financiers ? ».

Pour rappel, le CNC-AIF/BF a été créé suivant l’arrêté n°2021-328/MINEFID/CAB/SP-PIF du 15 juin 2021, afin de permettre aux acteurs de l’inclusion financière d’échanger annuellement sur leurs préoccupations mutuelles dans le but d’obtenir des réponses de commun accord et efficaces pour mieux promouvoir le secteur.

A la suite de la cérémonie d’ouverture, les travaux ont été ponctués par des ateliers et des échanges autour des trois (3) communications portant les thèmes suivants :

  • « Bilan à mi-parcours de la mise en œuvre de la SNFI de 2019 à 2021 » ;
  • « Défis sécuritaires et mécanismes de sécurisation des opérations pour une meilleure inclusion financière des populations » ;
  • « Améliorer l’accessibilité aux produits et services financiers par l’innovation », suivis d’échanges et de synthèses des travaux.

Au sortir du CNC-AIF/BF 2021 au soir du 19 novembre, six (6) recommandations et quatre (4) résolutions ont été retenues :

  • Recommandation n°1 : Institutionnalisation de cadres régionaux de concertations périodiques des prestataires des services financiers ;
  • Recommandation n°2 : Renforcement du réseau de distribution, éducation à l’utilisation de la monnaie électronique et réduction les coûts des transactions avec les OTM par une facturation spéciale ;
  • Recommandation n°3 : Le renforcement du fonds de relance économique pour réduire la vulnérabilité des clients des PSF (SFD et fonds nationaux)
  • Recommandation n°4 : l’intégration des indicateurs liés au secteur des assurances dans l’appréciation du taux de l’inclusion financière ;
  • Recommandation n°5 : mise en place d’une coordination formelle des actions d’éducation financière sous l’égide du SP-PIF.
  • Recommandation n°3 : la mise en place d’un mécanisme pour inciter les sociétés d’assurance à la couverture de risques liés à la crise sécuritaire ;
  • Résolution n°1 : Fourniture d’une base de données fiable et justifiée des stocks de crédits souffrants et radiés ;
  • Résolution n°2 : Assouplissement des conditions de financement du Fonds National de la Finance Inclusive (FONAFI) pour tenir compte du contexte sécuritaire ;
  • Résolution n°3 : Lutte contre la cavalerie financière par la mise en place de centrales régionales d’échanges d’informations sur le crédit et une adhésion progressive au BIC par les SFD ;
  • Résolution n°4 : Mise en place des mécanismes de collaboration entre PSF pour assurer la continuité des activités d’épargne et de crédit au profit des membres issus des localités ayant connu la fermeture des agences et des points de service.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *